Invitation au voyage, Proust et Cabourg, du vendredi 7 avril, Arte en replay

Film avec Marcel Proust - Le Pays d'Auge du 31 mars 2017

Emission "Vous êtes arrivés" à Cabourg France Bleu Normandie avec Jean-Paul Henriet

Qu'est-ce qui faisait courir Proust, article en ligne du Point avec Jean-Paul Henriet

Histoire de se balader (à Cabourg), replay  FR3 dimanche 12 mars à 12h55, avec Pierre Ivanoff

FR3 : Journal 19h-19 30 jeudi 9 mars : Marcel Proust avec une interview de Jean-Paul Henriet, en replay  à partir de la 11ème minute.

Marcel Proust dans un film de mariage de 19O4, celui d'Elaine Greffulhe et d'Armand de Guiche ...

Lettres de référence de Marcel Proust

Nouvelle rubrique coordonnée par Jean-Paul Henriet

Seront présentées des correspondances marquantes dans la vie et l'oeuvre de Marcel Proust

 

3 - Vermeer dans la correspondance de Marcel Proust

 

A Jean-Louis VAUDOYER

 

 (Le samedi 14 mai 1921)

 

Cher ami,

 

Je vous remercie bien tardivement de votre lettre (NOTE : la lettre du destinataire ne nous est pas parvenue. Mais Proust a communiqué à Gallimard le mardi 10 mai 1921, la lettre de Georges de Traz qui l’accompagnait, et que Vaudoyer avait transmise à Proust avec sa lettre. Voir ci-dessus, lettre 137 à Gallimard et sa note 3) et comme je deviens un peu gâteux, je ne sais pas au juste ce que je vous ai dit et crains de me répéter. Pourtant je n’ai pas pu vous parler de votre dernier Ver Meer ne vous ayant pas écrit depuis. Il est merveilleux. Cet artiste de dos qui ne tient pas à être vu de la postérité et ne saura pas ce qu’elle pense de lui est une admirable idée poignante (NOTE : L’Opinion, samedi 14 mai 1921, pp. 542 – 544, article intitulé « Le mystérieux Vermeer III ». on y lit (p. 544) : « Ce mépris du public, ce besoin de rester chez soi, Vermeer l’éprouvait si fortement, si jalousement, qu’il est parvenu à le préserver pour l’avenir ; et la seule apparence mortelle de lui que la postérité possède, c’est un homme assis, qui peint la figure d’un être cher, au milieu de chers accessoires familiers, - mais le peintre nous tourne le dos ». Vaudoyer précise que le tableau en question se trouve à la Galerie Czernin, à Vienne, et s’appelle L’Atelier du peintre. Il en donne la description, et écrit : « Nous tournant le dos, Vermeer est là, peignant cette touchante et douce figure (de sa fille). Il nous permet de savoir comment il se vêtait ; mais son visage nous reste inconnu, comme sa vie, comme sa mort ». Vous savez que Ver Meer est mon peintre préféré depuis l’âge de vingt ans et entre autres signes de cette prédilection (qui me fit envoyer Vuillard chez Paul Baignières (NOTE : Proust répète ce qu’il avait écrit en d’autres termes dans la lettre que nous datons du dimanche 1er mai 1921) j’ai fait écrire par Swann une biographie de Ver Meer dans Du côté de chez Swann (NOTE : Proust avait dit cela aussi dans sa lettre du 1er mai 1921 - lettre 117) en 1912. Dans ma réponse à votre enquête je demandais qu’au lieu des Watteau on demandât aux « Empires centraux » des Ver Meer (NOTE : allusion à une lettre que nous datons des premiers jours de février 1920. Voir Corr. XIX, lettre 36).

Je n’ai pas besoins de vous dire combien la lettre de M. de Traz m’émeut (NOTE : voir ci-dessus, note 2) plus qu’il ne peut même le comprendre car j’ai connu toute sa famille (NOTE 1 ci-dessous) dont les visages chargés d’esprit et de bonté sont au premier rang de mes souvenirs. Je crois que seul Gallimard (qui ne lui demandera certainement aucun droit) pourrait trouver le moyen de lui assurer l’exclusivité. Quand je vous verrai je vous parlerai de ce projet de dictionnaire balzacien (je rougis devant cette comparaison écrasante pour moi). Je crois qu’il ne faudrait pas le faire tout à fait sur le modèle de celui des œuvres de Balzac (NOTE : Répertoire de la Comédie humaine de Balzac, par A. Cerfberr et J. Christophe (1887). Cf. Corr. IV, p. 144, note 4), un peu moins littéral et en laissant une certaine place à l’histoire de impressions. Remerciez Monsieur de Traz de tout mon cœur.

Votre

Marcel Proust

 

Je ne sais si vous avez eu mon livre. Sinon je vous l’enverrai bien entendu.

 

NOTE 1 : Georges de Traz (voir ci-dessus note 3 de la lettre 137 à Gallimard) était le fils aîné d’Edouard de Traz (1833 ? – 1918), ingénieur, qui mourut à Genève à l’âge de 85 ans, au début de novembre 1918 (Le Temps, 3 novembre 1918, p. 3). Proust a dû le rencontrer chez Mme Lemaire. Il avait été président des Tramways du Nord, ainsi que du Dakar Saint-Louis et du Bône – Guelma. Son second fils était Robert de Traz (1884 – 1951), écrivain suisse, né à Paris, qui dirigeait avec Jacques Chenevière la Revue de Genève. Voir Corr. XIX, lettre 154 et sa note 9. – Vers 1893, Proust voyait souvent Jean de Traz qu’il évoque chez les Baignières. Voir Corr. I, lettre 71. Il est né à Paris en 1875, et devint ingénieur. Il était le fils d’Albert de Traz).

 

                       D'autres lettres de Marcel Proust évoquant Vermeer...

    Vous connaissez les Ver Meer ?

par Annick Polin

 

Quelle question ! Bien sûr  que oui, peut-être même venez-vous de les revoir à l’exposition du Louvre Vermeer et les maîtres de la peinture de genre, ce printemps 2017 ?

 

A cette  question-là, posée par Madame de Cambremer, « Albertine répondit non : elle croyait que c'étaient des gens vivants. Mais il n'y parut pas. »

Quant à Odette, elle  ne connaît Vermeer  que comme « ce peintre qui empêche [Swann] de [la] voir » et elle avoue : « je n'avais jamais entendu parler de lui ; vit-il encore ? Est-ce qu'on peut voir de ses œuvres à Paris ? »

Certes la réponse d’Albertine date du deuxième séjour à Balbec, (1900),  avant que cette « petite folle » d’Albertine ne s’instruis[ît] à fréquenter le narrateur. Et la question d’Odette date du début de la liaison avec Swann (1879), avant que ce dernier n’ait formé son goût.         

                                                                                                          suite

Proust et Vermeer

 

par Jacques Falce

 

Proust s'était rendu une première fois à Amsterdam en 1898 pour une exposition Rembrandt. En octobre 1902, lors d'un second voyage en Hollande, il va visiter les peintres flamands et après s'être arrêté à Haarlem pour voir les peintures de Frans Hals, il ira à La Haye au Mauritshuis où il verra une peinture dont la beauté fera une impression profonde et durable sur lui : La Vue de Delft '' le plus beau tableau du monde '' pour lui.

 

A l'occasion de l'exposition '' Vermeer '' qui a lieu en ce moment au Louvre jusqu'au 22 mai, aller à la rencontre de Proust et de Vermeer dans La Recherche était tentant.

                                                                                                                        suite

Autour de la Comtesse Greffulhe...

Bois Boudran - Chasse à courre - Arrivée de Madame la Comtesse Greffulhe - Collection privée Tous droits réservés

                                                                    D'autres photographies ...

Un œil de bœuf latéral...

 

(…) Tout d'un coup, d'une chambre qui était isolée au bout d'un couloir me semblèrent venir des plaintes étouffées. Je marchai vivement dans cette direction et appliquai mon oreille à la porte. « Je vous en supplie, grâce, grâce, pitié, détachez moi, ne me frappez pas si fort, disait une voix. Je vous baise les pieds, je m'humilie, je ne recommencerai pas. Ayez pitié ». « Non, crapule, répondit une autre voix, et  puisque tu gueules et que tu te traines à genoux, on va t'attacher sur le lit, pas de pitié », et j'entends le bruit du claquement d'un martinet probablement aiguisé de clous car il fut suivi de cris de douleur. 

                                               suite ...

(Dessin de Jacques Falce - Tous droits réservés)

Le samedi 25 novembre 2017, sera attribué le 9ème prix du Cercle littéraire proustien, Madeleine d'Or

Les adhérents ont lu :

------------------------------------------------------------------------

Le Professeur Marcel Proust    François-Bernard Michel (Gallimard)

lu par Jacques Falce

 

Vous avez bien lu. Pas d'erreur sur le titre. Voici comment commence l'essai littéraire et médical de F.B. Michel pneumologue, spécialiste de l'asthme et des allergies.

Dans son introduction F.B. Michel écrit : « Il faut dépasser certains thèmes rabattus  'Marcel Proust et la médecine' ou bien 'le style de Marcel Proust est-il celui d'un asthmatique ?' pour considérer et montrer comment ses recherches et son insatiable besoin de comprendre l'inscrivent dans un grand mouvement de pensée qui, au tournant du XXème siècle, modifie profondément médecine et littérature.

                                                                        ...suite

----------

lu par Armelle Barguillet-Hauteloire 

 

Marcel Proust parle beaucoup de médecine et de médecins dans sa Recherche. Rien d’étonnant à cela, il était fils et frère de deux professeurs en médecine et, surtout, affligé lui-même d’une maladie qui l’emportera à l’âge de 51 ans : l’asthme allergique. Curieux que deux livres évoquant les relations de Proust avec le monde médical sortent au même moment : celui de Diane de Margerie "A la recherche de Robert Proust" et le très remarquable ouvrage du professeur François-Bernard Michel, président de l’Académie nationale de médecine, pneumologue, poète et écrivain  "Le professeur Marcel Proust".                                                     ...  suite

---------------------------------------------------------------------------

A la recherche de Robert Proust de Diane de Margerie,

 

- J'ai lu avec plaisir l'essai de 150 pages de Diane de Margerie " A la recherche de Robert Proust " . L'essai tourne autour de l'absence de Robert, le frère cadet de Marcel , dans la Recherche                                    ... suite  

 

-----------------------------------------------------------------------------------                                                                                               

Marcel Proust, Une vie à s'écrire de Jérôme Picon

En recevant ce livre, j’avoue avoir eu, devant les 600 pages qui attendaient ma lecture, un bref mouvement de recul. Allais-je me lancer dans cette énième biographie chargée,         ... suite   

--------------------------------------------------------------------------

Vous avez remarqué des ouvrages qui pourraient concourir, donnez vos impressions de lecture à l'adresse cercle@cabourg-balbec.fr, nous les publierons.

 

                   Plus d'informations sur la Madeleine d'Or ...