Sur les pas de Marcel Proust en 2018

Correspondances Notre-Dame, Sainte Chapelle ...  église de Balbec

A Madame STRAUS

 

(Le mardi soir 14 janvier 1913)

 

Madame,

 

Je ne vous ai pas écrit parce que tous les jours j’espérais aller vous voir. J’espérais même sortir si tôt que j’avais tout préparé pour faire une station en plein jour devant la porte Sainte-Anne de Notre-Dame de Paris où il y a depuis huit siècles une humanité beaucoup plus charmante que celle que nous fréquentons ; mais jamais les yeux de ceux qui passent devant elle ne se lèvent ni s’arrêtent, ce sont « des yeux pour ne pas voir ». Et mes yeux peut’être, eux, regarderaient et aimeraient ; mais ils ne passent pas devant elle et ils ne s’ouvrent quedans l’obscurité et ne regardent qu’un mur de liège. Mais mes projets ont été vains.

Adieu, Madame, j’espère vous voir tout de même bientôt.

Votre respectueux ami.

 

Marcel Proust

-----------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

A Louis de ROBERT

 

 (Le jeudi 30 janvier 1913)

 

 

Cher ami,

 

 Ne m’en veuillez pas de ne pas vous avoir encore répondu. Je ne vais pas bien et j’ai mille ennuis…Car je suis, avec la meilleure volonté du monde, si incertain la veille d’être en état de me lever le lendemain, que la peur de ne le pouvoir pas si j’ai promis si vaguement que ce soit, suffit à me rendre plus malade.

En quinze ans je crois que j’ai pu aller deux fois au LouvreMais heureusement la nature m’a donné quelque chose qui vaut mieux que la santé, l’illusion. Au moment où je vous écris, je ne puis croire que je ne serais pas en état demain d’aller voir le portail de Sainte-Anne de Notre-Dame de Paris, mon grand désir actuel. Et si je ne le peux pas demain, je serai persuadé que ce ne sera remis que d’un jour.

…Toutes mes affectueuses et reconnaissantes pensées.

 

Marcel Proust

 

----------------------------------------------------------------------------------------

 

A Reynaldo HAHN

 

(Le vendredi 31 janvier 1913)

 

Mon cher Reynaldo,

 

Je ne t’écrivais pas parce que très fastiné et…

…Maurice Rostand, le lendemain de son arrivée, m’a écrit une lettre vraiment charmante pour me voir. Mais ton cher Binibuls, avec sa force d’inertie, a éludé. Et revêtu d’une pelisse sur sa chemise de nuit, il est allé à la Sainte-Chapelle et passer deux heures devant le portail Sainte-Anne de Notre-Dame.

Asdieu, brûle cette lettre, dis bien bien bien des choses à tes Sœurs.

Ton

Marcel