Recettes médicales populaires concernant l'asthme et les maux de dents en 1896.

 

On sait combien l'asthme a affecté la vie de Marcel Proust, de l'âge de dix ans jusqu'à son décès.

 

Parmi les traitements qu'il suivait quotidiennement, avec application et rigueur, les « fumigations » tenaient une part essentielle, notamment de poudre Louis Legras.

 

Mais y avait-il des « remèdes populaires » autres ? La lecture des « agendas » de la fin du XIXème et du début du XXème siècle est riche de surprises, souvent étonnantes aujourd'hui. A la fois calendriers, buvards détachables, livres intimes, de rendez-vous, de comptes, avec des conseils d'hygiène, de jardinage... et de charmants dessins en sanguine, et aussi de recettes culinaires et médicales, ils constituaient des ouvrages que chaque foyer se devait de posséder en fin d'année.

 

Nous disposons de l'un d'eux : l'Agenda-Foyer de la Maison du Petit Saint Thomas (magasin de jouets, de librairie et de musique - rue du Bac à Paris),  édition de 1896. Nous avons sélectionné pour vous quelques « recettes médicales » que beaucoup de lecteurs de l'époque suivaient scrupuleusement.

Marcel Proust les a-t-il appliquées pour traiter son asthme ou pour soulager ses fréquents maux de dents ? 

Nous vous laissons toute liberté pour essayer ces  remèdes»... mais sous votre... entière responsabilité !!!

 

La médecine a vraiment fait des progrès considérables depuis cette époque... même si nous n'avons pas encore aujourd'hui de médicament efficace contre le coronavirus... Ne désespérons pas, cela va venir. Nous savons par contre que les mesures de confinement strict et les gestes barrières sont extrêmement efficaces pour ralentir la pandémie. Alors bonne lecture mais restez bien chez vous et... relisez et conseillez à vos proches, à vos amis... de lire ou de relire Proust chaque jour à petite dose ; c'est un merveilleux traitement pour ne pas s'ennuyer !!!

 

Jean-Paul Henriet

AGENDA-FOYER du PETIT SAINT-THOMAS - 1896

 

Recettes médicales pour l'ASTHME

Page 10 :

 

ASTHME (Cône fumant contre l')

 

   Un médecin anglais dit avoir prescrit, pendant de longues années, pour la guérison de l'asthme, différentes espèces d'inhalations mais aucune ne lui a produit l'effet de celle dont nous donnons la recette : nitrate de potasse : 2 grammes ; poudre de graine d'anis : 2 grammes ; poudre de feuilles de stramoine : 4 grammes.

 

On prend un dé de cette poudre, en lui donnant la forme d'un cône ; puis,  posé sur un plat, on allume la pointe. Cette composition brûle sans flamme et le malade aspire la fumée en s'approchant.

 

Ce moyen est le seul qui diminue les accès fréquents, si l'on ne peut recourir aux changements d'air ou autres moyens thérapeutiques.

 

Extrait du journal « La Science pratique ». Ch. Durieu, directeur à Vevey,

Suisse.

 

-----------------------------------------------------------------------------------

Page 18 :

CATARRHES, ASTHME, FLUXIONS DE POITRINE

 (Tisane contre les)

 

Prenez : un navet, une pomme de Reinette ; ajoutez bourrache, chiendent, capillaire, chicorée sauvage, lierre terrestre, aigremoine, pissenlit, fumeterre, fleurs de Bouillon blanc, de chacun une pincée ; et figues grasses, raisins secs, racine de Guimauve, de chacun une once (NOTE : environ 30 grammes) ; faites bouillir le tout dans trois litres d'eau, jusqu'à réduction de moitié ; passez la décoction par un linge et ajoutez quantité suffisante de sucre candi en poudre.

 

Cette tisane est bonne pour les catarrhes, l'asthme, les fluxions de poitrine.

--------------------------------------------------------------------------

Page 75 :

IPECACUANHA

 

Médicament très fréquemment employé comme vomitif dans l'embarras gastrique, alors que la bouche est épaisse, la langue chargée de mucosités, l'appétit presque nul. On s'en sert également avec succès pour faire vomir les enfants oppressés, affectés de rhume, de coqueluche et menacés de croup, et pour faire expectorer les vieillards asthmatiques et cathareux. On emploie la poudre et le sirop comme vomitif et les pastilles comme expectorantes.

 

Extrait du Manuel des Familles, par Jules Clément.

----------------------------------------------------------------------------

Recettes médicales pour les MAUX de DENTS

Page 60 :

BAUME contre les MAUX de DENTS

On introduit dans la dent malade le baume suivant, qui calme instantanément la douleur :

 

Extrait alcoolique d'opium sec : 0 gr. 500

Camphre : 0 gr. 500

Baume du Pérou : 0 gr. 500

Mastic : 1 gr.

Chloroforme : 10 gr.

 

-----------------------------------------------------------------------------

GOUTTES CONTRE les MAUX de DENTS

 

Des gouttes préparées d'après cette formule doivent, d'après l'auteur, calmer instantanément les maux de dents les plus violents. Prendre : coniine, 2 gouttes, essence de cannelle : 8 gouttes, alcool : 10 grammes.

Pour mettre dans la dent et frotter la gencive.

 

------------------------------------------------------------------------------

CONTRE les DOULEURS de DENTS

 

On réussit souvent à vaincre de très vives douleurs de dents en plaçant dans la dent gâtée un petit tampon de charpie ou de coton imbibé de quelque huile essentielle, huile de girofle, de lavande ou du laudanum, du chloroforme, de la créosote, de la teinture d'iode.

------------------------------------------------------------------------------

LIQUEUR SOUVERAINE pour GUERIR les MAUX de DENTS, les CONSERVER et FORTIFIER les GENCIVES

 

Prenez : romarin, cochléaria, sauge : de chaque 60 gr. (le tout en herbe fraîche hachée grossièrement) ; citron coupé par tranches ; cannelle pulvérisée : 8 gr.

 

Mettez ces drogues dans une cruche contenant 1 litre d'eau de vie de Cognac.

Bouchez bien cette cruche et laissez infuser pendant un mois ; agitez ce mélange de temps en temps et passez.

On se lave la bouche tous les matins avec 8 ou 10 gouttes de cette liqueur dans une cuillerée d'eau tiède.

 

Quand on a mal aux dents, il faut se laver la bouche avec cette liqueur pure et la garder le plus longtemps possible. Cette préparation prévient la carie des dents et raffermit les gencives.

 

Extrait de « La Santé » ou la « Médecine populaire » par Jules Clément.