Lettre-poème de Marcel Proust à Louisa de Mornand

2. Lettre-poème de Marcel Proust à Louisa de Mornand

 

Lettre – poème de remerciement  de Marcel Proust à Louisa de Mornand qui vient de lui envoyer sa photographie avec ces quelques mots :

« L’Original qui aime bien le petit Marcel ».

                                                                                                      Louisa

                                                                                                Avril 1904                                  

                                                                                                                

Lettre de Marcel PROUST :

 

Pour Louisa

(Le ciel de lit couleur de ciel,

L’ange de lit couleur de rose)

 

Couleur de ciel, le ciel du lit,

Azur strié de nuée blanche,

Flotte sur Louisa qui lit

Avant de dormir, sur la hanche.

 

Son attention certes faiblit :

Sa tête sommeilleuse penche,

Regardant sans voir une branche

Que Madeleine Lemaire pinxit.

 

Sous prétexte que c’est dimanche

Marcel Proust, dans ce paradis

Duquel un ange se penche,

Est tant resté… que c’est lundi !

 

Du calice le plus pur de la manche

(Du tissu le plus fin ourdi)

D’un geste beau quoique engourdi

Le bras de Louisa, tige blanche

S’évase, monte, et resplendit.

 

Si j’ai dit qu’un ange se penche

De ce paradis si troublant,

Descendant du ciel bleu et blanc

Sur la vierge rose et blanche,

 

Je me suis sans doute mépris

Car c’est deux amours de Sèvres

Qui délicieux et surpris

Regardent s’unir des lèvres

Et deux cœurs qui se sont compris.

 

L’huis du salon entr’ouvert

Laisse voir la tenture rouge…

Le bleu de Tunis semble vert…

 

Le lit est bleu, le salon rouge

L’on n’entend plus rien qui bouge

Cher écrin de pourpre et d’azur

Tu renfermes une perle rose.

 

 

Je suis fou de ma photographie. Il me semble que ce que vous avez écrit pour me faire plaisir deviendra pour moi une réalité et sera capable de fixer mon cœur changeant. En attendant jamais enfant à qui on vient de donner sa première poupée n’est aussi content que moi.

Votre reconnaissant

                                                                                    Marcel Proust

 

 

...