Laurent FRAISSE

Président du Cercle Littéraire Proustien de Cabourg-Balbec

 

Membre du Jury du prix du Cercle

Premier contact avec Proust.

Comme beaucoup d'entre-nous, mon premier contact avec Proust s'est fait à seize ans, en classe de première, au travers du Largarde et Michard.  Mais les extraits choisis, la difficulté du style, un professeur qui ne jurait que par les Parnassiens ont fait de cette première rencontre un un rendez-vous manqué.

 

Il m'a fallu attendre mes vingt-cinq ans pour que, au hasard d'une convalescence, je redécouvre Proust au travers de sa correspondance dans quelques volumes du recueil de Kolb d'abord,  puis du temps retrouvé ensuite, seul volume disponible à la bibliothèque où j'étais alors inscrit. Et Proust ne m'a alors plus laché.

 

 

Votre pratique de Proust.

Je n'ai du le lire que deux fois dans la continuité de l'histoire. Le plus régulièrement, je picore dans chaque volume avec une tendresse particulière pour Le temps retrouvé et Sodome et Gomorrhe. Mon plus grand plaisir reste toujours de d'ouvrir la Recherche au hasard et de me laisser porter par le texte.

 

Depuis mon adhésion au cercle, s'y ajoute le plaisir d'écouter le texte lu à haute voix et plus encore celui que je tire l'exercice un peu perilleux mais magique de le lire pour d'autres.