Paris Avril 2010 : Nissim de camando & Maxim's,.

par Armelle Barguillet-Hauteloire

En ce jeudi 22 avril avait lieu notre rencontre parisienne organisée, comme chaque année à pareille époque, par le Cercle Littéraire Proustien de Cabourg-Balbec,  sous la houlette, ô combien compétente de Madame Yvette Le Roux et de Monsieur Laurent Fraisse,  afin que nous mettions, pour quelques heures, nos pas dans ceux de Marcel Proust et qu'ainsi, en sa compagnie, nous remontions le temps. Si l'écrivain fut durant des années fidèle à la Normandie estivale,  il passait le reste de son temps dans la capitale. Il était certes plus citadin que campagnard et son Paris était celui de la Belle Epoque, paré d'un attrait irrésistible, si je me souviens des descriptions que mon aïeule m'en faisait avec de la lumière dans les yeux.
En parlant de Paris, Reynaldo Hahn, ami de Marcel, avait des mots fort plaisants. Il affirmait sans ostentation: " Ce qui compte, ce n'est pas d'y naître mais d'y renaître, ce n'est pas d'y être mais d'en être ". Et à coup sûr, Marcel Proust en était ; ses personnages, pour la plupart, également.
Et ce Paris, c'est tout d'abord pour l'écrivain, celui de la plaine Monceau qu'il parcourait quotidiennement, ayant habité avec ses parents, 9 Bd Malesherbes, de 1873 à 1900, puis rue de Courcelles jusqu'au décès de sa mère en 1905. Le quartier était, par conséquent, le sien et le parc Monceau, le jardin où il jouait enfant sous la garde vigilante de Françoise. Or, en cette matinée d'avril, le printemps est présent dans le parc où, à défaut de pommiers normands, poussent des essences rares rassemblées par le paysagiste du duc de Chartres Carmontelle : érable pourpre, micocoulier, paulownia, tilleul argenté, févier d'Amérique, tulipier de Virginie, arbre de Judée ; le décor champêtre est beau comme le rêve de ce duc épris de végétal. L'Etat, en faisant l'acquisition du parc en 1852, permettra à des gens fortunés appartenant non à la noblesse d'antan, qui conserve son pré carré du Bd St Germain, mais à la nouvelle aristocratie de l'argent, de construire de somptueux  hôtels en bordure de ses frondaisons. En quelques lignes, l'écrivain dépeint les lieux :
Un petit bout de jardin avec quelques arbres qui paraîtrait mesquin à la campagne, prend un charme extraordinaire avenue Gabriel, ou bien rue de Monceau, où des multimillionnaires seuls peuvent se l'offrir.
Moïse de Camondo, descendant d'une lignée prestigieuse de juifs séfarades, comptant au nombre de ces privilégiés, fera bâtir son hôtel selon ses plans dans les années 1910, après avoir démoli celui de ses parents, afin d'y abriter ses collections de meubles et d'objets précieux, chargeant l'architecte René Sergent de mener à bien les travaux. Le résultat sera à la hauteur de l'inestimable collection que cet homme va acquérir avec une sûreté de goût jamais prise à défaut, tout au long de sa vie. Mais qui étaient les Camondo ?

Le fondateur de la dynastie, après que ses ancêtres banquiers aient été chassés d'Espagne par l'Inquisition, est un certain Abraham Salomon, établi à Galata au nord de la Corne d'or et qui diversifiera très vite ses activités au point d'être, non seulement un familier du Sultan Abdul Hamit II, dont il influencera la politique, mais un philanthrope éclairé qui contribuera à changer la physionomie d'Istambul en construisant des écoles, des orphelinats, des hôpitaux, des synagogues, les premiers tramways et la première ligne de bateaux à vapeur sur le Bosphore. C'est lui encore qui sera dépêché à Vienne, par la cour ottomane, pour la représenter au mariage de François Joseph, empereur d'Autriche, avec Elisabeth de Wittelsbach, plus familièrement connue sous le nom de Sissi.
Ses descendants Abraham-Behor et Nissim de Camondo - la famille ayant été anoblie par le roi Victor-Emmanuel II en remerciement de leur aide à la réunification de l'Italie - établis désormais dans la capitale française, participent à leur tour, selon l'exemple du patriarche, leur grand-père, à la vie économique de notre pays, finançant le canal de Suez et s'associant aux Pereire et aux Erlanger pour administrer de nombreuses banques et entreprises. Leurs fils respectifs Isaac et Moïse, tous deux épris de culture, se désengageront progressivement des affaires pour gérer la fortune acquise et surtout pour se consacrer à leur passion de l'art et du mécénat : Isaac parviendra à acquérir quelques-uns des plus admirables chefs-d'oeuvre du mouvement impressionniste qu'il léguera au Louvre à sa mort en 1911, tandis que son cousin Moïse ( 1860 - 1935 ) fera en sorte de reconstituer, dans son hôtel particulier édifié selon le modèle du Petit Trianon, une demeure artistique du XVIIIe siècle, véritable bonbonnière à la Marie-Antoinette, afin de remettre au goût du jour cette époque de l'ancien régime qu'il considérait comme synonyme de civilisation.



Terminé en 1914, la demeure ne connaîtra que de brefs instants de bonheur. La vie de Moïse ne sera pas un long fleuve tranquille. Marié à Irène Cahen d'Anvers, celle-ci le quitte cinq ans après leur mariage pour un bel Italien, lui laissant la garde de leurs deux enfants Nissim et Béatrice. Père attentif, Moïse se consacre avec soin à leur éducation, mais la guerre éclate et Nissim s'engage aussitôt au service de la France. Il mourra aux commandes de son avion en 1917. Pour son père, c'est le malheur absolu, car ce fils assurait l'avenir de la dynastie, Isaac n'ayant pas eu d'héritier. Moïse se referme sur sa douleur, ne recevant plus que quelques intimes. Son hôtel particulier est devenu son tombeau, celui où, à l'exemple des pharaons égyptiens, il réunit les objets capables de lui assurer le passage dans l'éternité. En faisant don aux Beaux-Arts de sa demeure et de ce qu'elle contient, il ne se contente pas de restituer à la France un héritage artistique qu'il a pris soin de rassembler et de préserver, il perpétue le souvenir des siens, il leur offre une concession de mémoire à perpétuité.


Proust, revenons à lui, fréquentait le salon de la mère d'Irène, Madame Cahen, et écrivit une lettre à Moïse de Camondo au moment de la disparition de son fils, que je vous communique ci-dessous, après en avoir pris connaissance dans le très beau livre que Pierre Assouline consacre au dernier des Camondo :

"Monsieur,

J'apprends avec une profonde tristesse que vous êtes tourmenté sur le sort de votre fils. Je ne sais si même mon nom vous dira quelque chose, je dînais autrefois avec vous chez Madame Cahen, et plus récemment quoique ce soit bien lointain encore, vous m'avez emmené dîner avec le cher Charles Ephrussi que j'aimais profondément. Tous ces souvenirs sont bien anciens. Ils ont suffi pourtant, pour que j'aie le coeur serré jusqu'à l'angoisse en apprenant que vous étiez sans nouvelles de votre fils, je ne peux vous exprimer à quel point je comprends, je plains votre souci et de quel coeur je souhaite qu'une nouvelle plus heureuse vous arrive. Je ne connais pas votre fils. Mais j'ai souvent entendu parler de lui par mon jeune ami Jacques Truelle pour qui votre fils a été exquis quand il a été blessé. Et Truelle m'a souvent parlé de l'héroïsme et de la simplicité de ce jeune homme. La fatigue de mes yeux ne me permettant pas d'écrire ( car sans cela j'aurais écrit aussi à sa mère qui doit être si anxieuse et si désolée ), c'est à vous, sachant le père incomparable et si tendre que vous êtes, que j'ai tenu, tout en partageant les soucis de tous, à envoyer mon souvenir le plus profondément ému. "


Mais en rédigeant ce courrier, Proust s'est embrouillé délicieusement  dans ses explications - souligne Assouline. Il a confondu Mr de Camondo et le duc de Luynes qui tous deux eurent la douleur de perdre  leur fils à la guerre.




En parcourant les salles de ce reliquaire, nous admirons des oeuvres que le siècle des Lumières a porté à un paroxysme d'excellence. Il y a tout ce que l'on peut imaginer : des consoles, des tapis, de délicates porcelaines, des vases, des lustres, des commodes, des laques, des paravents, des bronzes... Mais le malheur n'en a pas fini avec les Camondo. En 1943, Béatrice, la fille de Moïse, mariée à Léon Reinach et qui ne se cache nullement, se croyant protégée et par sa nationalité française et par tout ce que sa famille a déjà fait pour la France, est cependant arrêtée par la gestapo avec son mari et ses deux enfants Fanny et Bertrand alors âgés de 23 et 20 ans, tous les quatre conduits à Drancy où ils resteront plusieurs semaines avant d'être jetés dans un fourgon en direction d'Auschwitz-Birkenau, d'où ils ne reviendront pas.

Ainsi disparaissait à jamais une famille qui semblait s'être échappée des pages de Marcel Proust et que l'on se plaisait à suivre dans les riches heures de la Belle Epoque comme Charlus et comme Swann, de clubs parisiens en conseils d'administration, de théâtres lyriques en hippodromes, et mieux encore dans les demeures de la rive droite, en bordure des frondaisons du parc Monceau, où l'art et la culture étaient les seuls sésames qui ouvraient sur un avenir apparemment consacré aux plaisirs de l'esprit et des sens. La visite du musée suscite l'admiration de par son ordonance parfaite, en même temps que notre émotion de par ces destins tragiques. Pour ceux qui ne le connaitraient pas encore, courez-y, il est l'élégance et la grâce réunies en une harmonie rare, envisagé et réalisé comme une symphonie.



La seconde visite de notre journée proustienne et parisienne ne s'inscrit pas sur la même portée, n'étant pas de l'ordre de l'émotion mais de la curiosité. Nous déjeunons chez Maxim's ; oui, celui du 3 rue Royale qui vit l'époque de Proust s'encanailler aimablement. Le temps a passé, mais le décor est resté le même ; ce, par la volonté des propriétaires successifs qui eurent à coeur de préserver son décor " Art Nouveau", élaboré en vue de l'exposition universelle de 1900 par Eugène Cornuché ( l'un de ceux qui contribuèrent à faire de Deauville le fleuron des stations balnéaires ) et confié aux artistes de l'école de Nancy. Temple de la galanterie, Maxim's a été, pour de nombreux étrangers, avec la tour Eiffel, l'emblème de la capitale. Aujourd'hui, l'immeuble appartient au couturier Pierre Cardin. Ce dernier a réuni sur trois étages, au-dessus du restaurant, un musée " art nouveau" riche de quelques 550 pièces signées Majorelle, Tiffany, Gallé, Massier, dont certaines assez remarquables, agencées en douze salles, de façon à reconstituer l'intérieur d'une demi-mondaine de la Belle Epoque avec salon, boudoir, salle-à-manger, chambre, rien ne devant se soustraire à cette évocation qui me rappelle les lignes féroces que Jean Cocteau consacrait à ces cocottes :  " C'était un amoncellement de dentelles, velours, satin, rubans, diamants, rubis, perles...que déshabiller une de ces dames était une entreprise à prévoir avec trois semaines d'avance, comme un déménagement ". Est-ce la raison qui le fit pencher pour l'homosexualité ?

Ici, ils sont tous passés : Edouard VII d'Angleterre, l'Aga Khan, la belle Otéro, Marlène Dietrich, Onassis, la Callas, les princes de Monaco. Et j'y passe à mon tour, sans vanité aucune, ainsi que les quarante admirateurs de Proust qui, comme moi, croient apercevoir son oeil inquisiteur, là-bas, assis à une table juponnée, sous les lustres en forme de fleurs, le long des boiseries précieuses, dans ce décor végétal, saisissant en esprit l'alanguissement coquet d'Odette ou la soudaine expression d'inquiétude de Swann. Car, en de tels lieux, tout est possible, le passé rejoint le présent et les rendez-vous avec l'histoire ou bien les songes ne peuvent être manqués...